Génèse de Qualhiryann 2° partie

Publié le par Ablanore

Elle allait se mettre au travail pour créer un monde complet sur le dessus du monolithe lorsqu’elle s’aperçu qu’un petit détail lui avait échappé alors qu’elle domptait les éléments et les énergies. Sous le monolithe, au centre, un anneau était venu se placer. Cet anneau, gigantesque bien sûr, était un ensemble de portails. Chacun d’eux menait à un monde extérieur. Maerlinn, habituée des voyages planaires, reconnus de suite ces portails. Elle était un peu ennuyée de la chose car elle était partie du Kirim-Shö justement pour ne plus avoir à subir l’influence de ces mondes extérieurs.

 

Après un petit moment de désolation et d’introspection, elle reprit le cours des choses, se disant que cela devait être inévitable. Ces mondes extérieurs ont tellement de puissance et d’influence qu’il devait être impossible d’y échapper et qu’ils devaient, eux aussi, apporter quelque chose dans la création d’un monde.

 

Alors Maerlinn entreprit de façonner la surface du monolithe, se disant que, tel qu’il est fait, les habitants du monolithe tomberaient sur les bords et donc n’iraient pas voir en dessous ce qu’il se passe. Donc elle commença son œuvre, un peu comme un peintre commence un tableau. Elle pense sa figure, commence une esquisse, trace les traits puis y mets de la couleur. Maerlinn suivi le même processus pour mettre en place la géographie du monolithe : mer, montagne, fleuve, colline, chaque morceau prenait sa place, gentiment, calmement. A la fin, cela donna un ensemble harmonieux, qui ne devrait pas bouger. Certes il y avait le danger des bords du monolithe, mais elle donnera à certains habitants des connaissances pour qu’ils fabriquent des légendes pour faire en sorte que les habitants ne s’approchent pas.

 

Elle s’est servie des éléments pour former la géographie. Le côté de l’Eau et couvert par une mer, à vrai dire un océan. Le côté de la Terre est protégé par une très haute montagne, se terminant par une falaise abrupte qui conduit directement au cœur du plan élémentaire de la Terre. Le côté du Feu est fait d’une plaine désertique, avec une énorme source de chaleur. Enfin, le côté de l’air et une banquise, constituée pour moitié par une mer gelée en permanence et l’autre moitié par une plaine ressemblant à une toundra. Vers le centre, les paysages sont très variés et on peut voir s’enchainer des montagnes, très haute et des forêts, des plaines et des grand lacs. Une seule mer intérieure existe sur le continent unique du monolithe.

 

Maerlinn était très contente de son travail. Elle décida que le monolithe devait avoir un nom, à présent. Cela donnerait de la vie, car les choses vivantes ont un nom. Elle réfléchit et se rappelle de son deuxième maître de magie, Lyrian. C’est celui qui lui enseigna tout ce qu’elle sait en matière de création magique. C’est grâce à son enseignement qu’elle a réussi à faire de ce monolithe un endroit sympathique et beau à regarder. Dans le Kirim-Shö, monde se dit Koual. Elle décida que ce nouveau monde et était celui de Lyrian. Elle décida donc de l’appeler : Qualhiryann.

 

Au moment où elle prononça ce nom, un vague d’énergie entoura le monolithe et son piédestal et une onde parti loin dans le cosmos, comme pour annoncer une naissance. Maerlinn comprit à ce moment qu’elle ne serait plus maitresse de l’avenir de Qualhiryann et qu’elle allait devenir une Spectatrice de l’évolution de son œuvre.

Publié dans Génèse et histoire

Commenter cet article